[creer site web] [creer site internet] [creation site internet] [pour débuter]
[système solaire]
[ciel profond]
[constellations]
[philastro]
[philastro]
[]
[système solaire]
[sites amis]
[accueil]
[système solaire]
[ciel profond]

Quoi de neuf ?

(Septembre 2013)

 Dans système solaire : Les diamètres apparents moyens des planètes pour le mois de janvier 2013

                                      et les périodes favorables pour observer les planètes le soir.

Quoi de neuf ?

(juillet 2018)

Dans Système solaire

Cliquer pour voir les diamètres apparents des planètes et les périodes favorables pour les observer le soir

L'image du mois

La galaxie Andromède serait issue d'une fusion récente

entre deux galaxies.


Voir article ci-dessous

Pour un rappel des "Image du mois" précédents

Revue de presse

Suite

Cliquer sur l'icone "spécial dernière" pour connaître les dernières informations.

Dans Ciel profond

Cliquer sur l'icone "spécial dernière" pour connaître les dernières informations.

  

  

  

  

  

  

  

  

Galaxie d'Andromède.

Ses étoiles racontent toute son histoire.


La trajectoire des étoiles de M 31 vient de nous dévoiler un pan méconnu du passé de notre voisine, mais elle nous éclaire également sur sa rencontre future avec la Voie lactée.

On imaginait tout savoir d'elle, à quelques détails près. Et pourtant, la galaxie d'Andromède, la galaxie spirale la plus proche de nous, semble aujourd'hui bien loin d'avoir livré tous ses secrets. Depuis quelques années, les astronomes vont de révélation en révélation à son sujet. Ainsi, deux publications récentes, début 2018, montrent que notre voisine est à la fois beaucoup plus jeune et moins massive que l'on ne pensait. Ces études aux répercussions bien distinctes partagent toutefois un point commun : toutes deux ont comme origine non pas l'étude de M 31 comme système global, mais celle du mouvement individuel des étoiles au sein de la galaxie.

Le premier article nous fait voyager quelque 4 milliards d'années en arrière. S'il y avait eu quelqu'un sur Terre à cette époque, il aurait pu admirer non pas une, mais deux galaxies à l'emplacement actuel de M 31. Celle-ci serait en effet le résultat d'une collision galactique récente. Pour le découvrir, les chercheurs se sont basés sur une série d'observations minutieuses menées entre 2006 et 2014. Des données qui ont permis pour la toute première fois d'appréhender le mouvement propre des étoiles au sein de M 31." Ces trois campagnes ont dévoilé un fait étonnant : un grand nombre d'étoiles semblent suivre des trajectoires désordonnées, ce qui n'est pas le cas dans notre galaxie", révèle François Hammer astronome de l'observatoire de Paris. En effet, la majorité des étoiles de la voix lactée, Soleil compris, tournent autour du centre de la galaxie à une vitesse d'environ 220 km/s. On sait que cette vitesse peut, du fait de l'attraction gravitationnelle des étoiles voisines, subir des variations momentanées. Mais celles-ci sont généralement assez minimes, de l'ordre de10 km/s. Pour M 31 en revanche, les observations ont montré qu'un grand nombre d'étoiles dont la vitesse de croisière était semblable (environ 230 km/s) subissaient des variations de vitesse jusqu'à 10 fois plus importantes -  de l'ordre de 90 à 100 km/s. Le mouvement individuel d'un grand nombre d'étoiles est ainsi largement plus désordonné que dans notre galaxie. Or, ces astres aux orbites chaotiques sont tous âgés de plus de 2 milliards d'années. Pour François Hammer, cette observation n'a rien d'une coïncidence. Cela indique qu'un événement de grande ampleur est survenu il y a quelques milliards d'années "seulement". Avec son équipe franco-chinoise, le spécialiste de l'archéologie galactique a donc mis au point une simulation numérique qui permet de retracer le passé de notre voisine et de cerner au mieux ce qui a pu se passer. "Nous avons modélisé la galaxie d'Andromède comme étant un ensemble de 24 millions de particules possédant chacune une masse, une position et une vitesse et interagissant les unes avec les autres via l'attraction gravitationnelle", résume l'ingénieur de recherche CNRS Yanbin Yang. "Nous avons ensuite regardé comment le système évoluait en fonction des conditions initiales que nous lui imposions". De nombreux scénarios ont ainsi pu être envisagés. Dans le lot, l'équipe a fini par en découvrir un qui permettait d'expliquer au mieux les mouvements chaotiques des étoiles. "Notre modèle suggère que M 31 est bel et bien issue d'une fusion récente de deux galaxies", indique Yanbin Yang.

                                                                                                                                                 Suite dans Ciel et Espace juin 2018