[creer site web] [creer site internet] [creation site internet] [pour débuter]
[système solaire]
[ciel profond]
[constellations]
[philastro]
[philastro]
[]
[système solaire]
[sites amis]
[système solaire]
[ciel profond]
[accueil]
[accueil]

 Dans système solaire : Les diamètres apparents moyens des planètes pour le mois de janvier 2013

                                      et les périodes favorables pour observer les planètes le soir.

Quoi de neuf ?

(mai 2019)

Dans Système solaire

Cliquer pour voir les diamètres apparents des planètes et les périodes favorables pour les observer le soir

L'image du mois

Première image d'un trou noir

Pour un rappel des "Image du mois" précédents

Revue de presse

Cliquer sur l'icone "spécial dernière" pour connaître les dernières informations.

Dans Ciel profond

Cliquer sur l'icone "spécial dernière" pour connaître les dernières informations.

  

  

  

Suite

  

  

  

  

Ils ont trouvé l'ancêtre des planètes.


L'astéroïde Ultima Thulé, visité par la sonde New Horizon, étonne et ravit les astronomes. Le petit corps évoluant bien au-delà de Pluton ne ressemble à rien de connu. Mieux encore : il serait le jumeau des petits astres qui ont formé les planètes, il y a 4,5 milliards d'années !


"S'attendre à l'inattendu". Telle  était la devise d'André Brahic en matière d'exploration du Système solaire par des sondes spatiales. L'astronome français qui avait vécu les survols d'Uranus et de Neptune par la mission Voyager 2, ne se lassait pas de répéter qu'il se sentait alors comme à la proue d'un navire abordant un rivage inconnu.

Le 31 décembre 2018, l'équipe de New Horizons, réunie autour de son "capitaine" Alan Stern doit ressentir la même chose, à l'Applied Physics Laboratory de l'université Johns Hopkins, près de Washington. Et peut-être s'attend-elle  a être surprise par ce que la sonde, son navire par procuration, voguant à plus de 6,6 milliards de kilomètres de la Terre allait leur révéler. Car en croisant Ultima Thulé -  de son vrai nom 2014MU69 -, un petit corps découvert le 26 juin 2014, New Horizons ne faisait pas que visiter un astéroïde de plus, elle promettait de lever le voile sur tout un pan du Système solaire : la ceinture de Kuiper, un vaste espace situé au-delà de l'orbite de Neptune et occupé par 100 millions d'astres glacés formés voici plus de 4,5 milliards d'années et probablement inchangés depuis. Bref, découvrir la forme et la surface d'Ultima Thulé consistait, ni plus ni moins, à voir pour la première fois une relique d'une époque où la Terre n'existait pas encore.

En raison de cet enjeu, les premières heures de 2019 ont été pour le moins stressantes au sein des équipes de la mission New Horizons. Au moment précis du survol, à zéro heure 33, heure locale, les instruments de bord étaient rivés vers Ultima Thulé, mais la sonde ne pouvait pas communiquer avec la Terre, car son antenne de 2,1 m n'était pas pointé vers nous.Quand bien même elle aurait envoyé un signal à l'instant même du survol, il aurait mis plus de six heures à nous parvenir.


Un invité surprise


Pour tromper l'anxiété, l'équipe de New horizons s'est réunie avec famille et amis dans le centre de congrès Kossiakof de l'université Johns Hopkins, immense campus situé à mi-chemin entre Washington et Baltimore. Un invité-surprise a même traversé l'Atlantique pour célébrer ce Nouvel An atypique : le guitariste de Queen et astrophysicien Brian May. Avant de décompter à l'unisson avec le public les dernières secondes de 2018, la rock star a partagé son enthousiasme : "J'ai du mal à imaginer ce que l'on va découvrir. En fait, personne ne sait du tout à quoi s'attendre. C'est ce qui rend cette mission si géniale ; c'est un territoire totalement inconnu". Juste après minuit Brian May  a dévoilé le morceau composé en l'honneur de New Horizons : "c'est ma façon de rendre hommage à l'équipe qui accomplit ce voyage incroyable".


Cette célébration laisse rapidement sa place à une autre : à zéro heure 33, il passe à 3500 km de sa cible.


                                                                                                                                    Suite dans Ciel et Espace Mars-Avril 2019